Si vous me suivez depuis un moment, vous savez peut-être que je viens fraîchement de fêter mes 40 printemps. Mes amies qui ont passé ce cap de la quarantaine sont unanimes : c’est l’âge où dire “non” devient de plus en plus facile ! Tant mieux, j’allais même dire “il était temps”.  Je crois que nous sommes nombreux à avoir cette difficulté à prononcer ces 3 lettres : NON . Quand c’est non, c’est non ! Bien entendu, si je décide de me livrer à vous dans cet article c’est que je suis concernée par cette difficulté et que j’ai choisi de ne plus me taire. Choisir de prendre la voie de l’affirmation tout en préservant les relations, c’est possible. ET savoir dire non n’est pas renoncer… c’est savoir avant tout se dire oui à soi-même !

 

non

Pourquoi est-ce si compliqué de s’affirmer ? 

Derrière la difficulté à prononcer un non franc où la tête et le corps sont en accord se cachent différentes peurs. La peur de ne pas être aimé, la peur d’être abandonné, la peur de décevoir… Depuis notre plus jeune âge, on nous apprend à dire OUI.  Cela commence dès la période dite “d’opposition” où l’enfant de 2 ans tente par tous les moyens  de s’imposer à ses parents en employant le non à la moindre contrariété. Mais très rapidement, on rentre dans les rangs. On devient de gentils soldats à qui on apprend  à se taire, à garder ses opinions au chaud. Bref, nous sommes lisses et conformes aux attentes sociétales. Tout ce silence a un prix !

non

Quand le ras-le-bol prend le dessus 

A force de se contorsionner pour rentrer dans les cases et surtout ne pas décevoir notre entourage, notre hiérarchie… Patatras :  le RAS LE BOL tire la sonnette d’alarme ! Il se présente sous différentes formes : burn-out, maladies psychosomatiques, “pétage de plomb”.  A force de se taire, on déborde et on explose ! La personne GENTILLE (que l’on prend pour une serpillière ou un tapis d’entrée) se réveille enfin ! Fini le OUI, elle ne supporte plus le sentiment d’être pris uniquement pour une personne trop gentille à qui on peut tout demander puisqu’elle dit toujours oui !

Pourquoi savoir dire NON est essentiel ? 

L’assertivité ou l’affirmation de soi est capitale pour conserver la main sur son existence. Nos opinions, nos besoins et nos limites n’ont-elles pas autant d’importance que celles d’autrui ? Il ne s’agit d’aller à l’encontre des besoins de son entourage, des amis, de sa hiérarchie… Mais de tenir compte de ses propres limites ! Nos valeurs et nos besoins ont autant d’importance que celles des autres.  Certes, ménager les besoins des autres et les siens, ce n’est pas toujours compatible. D’où l’importance de se préparer à s’affirmer sans pour autant blesser l’autre. En parlant de ses propres limites, de ses ressentis et de ses besoins, parler de soi évite un ton accusateur qui ferait virer la conversation au conflit.

Si l’on reste “paralysé” car il s’agit bien de paralysie dans certains cas, on subit, on s’écrase et la CULPABILITÉ entre en scène ! La culpabilité de ne pas avoir osé s’exprimer, culpabilité de subir parfois des actes graves qui seront bien difficiles à digérer ensuite… Voilà pourquoi il est primordial de se fier à son intuition, si la demande que l’on nous fait nous semble déséquilibrée ou à l’encontre de nos valeurs. Prenons le temps de répondre dans un premier temps. Cela permet de ne pas répondre sous la pression. Et ensuite, se fier à son ressenti pour s’affirmer.

 

non

Savoir dire non c’est oser se respecter

Pour aller plus loin, je dirais même que dire non, c’est savoir se dire OUI. Dire oui à tout prix, pour être aimé (mais pas pour les bonnes raisons), par peur du jugement, pour faire plaisir, pour ne pas décevoir, pour fuir un conflit, par peur… Il y a tellement d’exemples au quotidien où nous nous retrouvons confrontés à cette décision : faire pour les mauvaises raisons ou oser dire NON pour se respecter tout simplement ? 

Une chose est sûre, à force d’entraînement, on parvient à oser être soi-même, à  se respecter. Notre entourage apprend à nous connaître sous un autre angle. C’est assez étonnant même de constater qu’ils modifient et adoucissent leur comportement à notre égard. Une relation beaucoup plus équilibrée se met en place et l’on se sent à sa place. Tout le monde est gagnant au final !  Oser dire NON demande, sans aucun doute, dans un premier temps de se confronter à nos peurs . Toutefois, cette audace renforce notre estime et notre confiance en nous ! Osons ! Soyons nous-même !

Stéphanie

4 Commentaires

  1. 19 avril 2018 / 16 h 05 min
    Ah le conformisme, c’est tellement plus confortable ! Filer doux, ne pas faire de vagues, peur de déplaire, crainte de sanction, …
    Ne pas se laisser imposer la volonté de l’autre.
    • stefany54
      Auteur
      20 avril 2018 / 13 h 06 min
      C’est effectivement plus confortable sur le court terme mais tellement inconfortable par la suite… Que cela mérite bien d’oser s’imposer, être soi-même ! Comme je dis, qui m’aime me suive et tant pis…
  2. Phlipart
    20 avril 2018 / 7 h 33 min
    Merci, lire cet article m’a à la fois émue et fait le plus grand bien. En ce qui me concerne, j’ai 48 ans et je ne parviens à dire non que depuis quelques années… Pas facile, quand on se dit qu’on doit assumer, qu’on ne doit pas écouter sa fatigue, ne pas être égoïste etc. Pourtant dire NON parfois, calmement mais assurément, je crois que c’est mieux pour tout le monde 😊
    • stefany54
      Auteur
      20 avril 2018 / 13 h 04 min
      C’est un exercice qui pour certains est inné et pour d’autres très compliqué. Fort heureusement, en s’y préparant, en répétant, on y parvient. Effectivement, c’est mieux pour tout le monde 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *